Un atelier d’écriture pour voir la vie en feel-good

Ma sœur Anne-Estelle Dal Pont est une amoureuse des mots sous toutes ses formes. Auteure de plusieurs romans feel-good, elle élargie ses horizons en 2023 en animant des ateliers d’écriture (elle fait plein d’autres choses donc allez visiter son site https://anne-estelle.fr/)

Des ateliers de quoi ? Si vous ne savez pas trop ce qu’est un atelier d’écriture et que vous souhaitez y goûter, vous êtes au bon endroit ! Je lui laisse la parole pour nous expliquer en quoi consiste un Atelier d’écriture, et pour vous proposer quelques exercices d’écriture tous simples, qui apporteront un peu d’émotion et de créativité dans votre vie.

Article d’Anne-Estelle Dal Pont, publié le 21 novembre 2023.

De quoi parle-t-on ?

Je m’appelle Anne-Estelle Dal Pont, je suis artiste-auteur et j’anime des ateliers d’écriture dans les milieux scolaires, dans les entreprises ou pour les particuliers. Je me suis spécialisée dans trois thématiques spécifiques : l’écriture feel-good, l’écriture poétique, et l’écriture pour se (re)découvrir. Pour en savoir plus, cliquez-ici.

  • Feel-good : le bien-être à la mode

Feel-good veut littéralement dire « se sentir bien ». C’est un mot anglais que l’on pourrait rapprocher du terme « hygge » danois, qui signifie l’art de vivre qui réconforte et procure du bien-être, le tout enveloppé d’une notion de douceur. On pourrait aussi faire le lien avec la notion japonaise de « wabi-sabi », qui célèbre la simplicité, l’imperfection, l’harmonie avec la nature, l’authenticité et le temps qui passe.

Finalement, derrière le mot « feel-good », qui est parfois fourre-tout, parfois mal aimé, il y a cette quête de se sentir en paix, bien avec soi-même, bien dans le monde. Un vaste programme, mais toujours avec cette idée d’être attentif aux choses simples qui font du bien, qui réconfortent, qui donnent de jolies couleurs à notre vie souvent malmenée.

Un écrit feel-good remonte le moral, redonne foi en l’humanité, nous amène à regarder la beauté qui se cache partout, même dans les situations les plus sombres. L’écriture feel-good écrit la lumière.

  • Un atelier d’écriture, ça marche comment ?

On peut écrire (de façon habituelle ou occasionnelle) pour se vider la tête, pour booster sa créativité, pour sortir de sa zone de confort et créer de nouvelles connexions neuronales, pour prendre du recul, pour jouer avec les mots, pour se détendre, pour s’exprimer, pour soi ou pour les autres, pour aller chercher au fond de soi, pour s’entraîner à de nouvelles techniques…

Et aussi, pour chercher la lumière.

Lors de mes ateliers d’écriture feel-good, on ne se focalise pas sur des techniques d’écriture. L’écriture n’est qu’un outil pour s’ouvrir à la beauté, à la douceur, au bien-être. Le but est de regarder ailleurs, dans des recoins parfois inexplorés, pour laisser exprimer une autre voix en soi.

Alors bien sûr, l’effet de groupe permet une cohésion, une dynamique, un entrain. Mais chez vous aussi, vous pouvez vous amuser avec les mots, avec les émotions, à regarder le monde autrement. Et c’est ce que je vous propose avec deux exercices à faire et refaire quand vous en aurez envie.

Pour chacun d’eux, prenez le temps de vous poser, de laisser vos pensées jaillir ; ne soyez pas pressé(e) et n’ayez pas peur de raturer ou de gommer.

 

Un mot, plusieurs émotions

Si je vous donne le mot « brouillard », cela vous fait forcément penser à quelque chose de précis. Les mots convoquent des émotions, des images mentales. Selon votre humeur, selon votre vécu, une vision plus ou moins « joyeuse » va s’installer lorsque vous vous arrêtez sur un seul mot. Voici quelques exemples avec le mot « brouillard ».

Il y a la version « neutre », une description du phénomène naturel, comme Maupassant dans sa nouvelle « Sur l’eau ». Personnellement, je trouve le tableau dépeint très joli, et moi, ça me procure un sentiment de bien-être, mais je conçois que ce ne soit pas le cas pour tous.

« Cependant, la rivière s’était peu à peu couverte d’un brouillard blanc très épais qui rampait sur l’eau fort bas, de sorte que, en me dressant debout, je ne voyais plus le fleuve, ni mes pieds, ni mon bateau, mais j’apercevais seulement les pointes des roseaux, puis, plus loin, la plaine toute pâle de la lumière de la lune, avec de grandes taches noires qui montaient dans le ciel, formées par des groupes de peupliers d’Italie. »

Grand Corps Malade et Louane ont interprété le mot « brouillard » avec une vision clairement feel-good :

« Et dans le noir, derrière le brouillard, j’entends ce piano chanter
Chanter l’espoir, l’envie de croire, qu’on peut tout réinventer »

Maurice Carême a choisi un angle plus mélancolique :

« Le brouillard a tout mis
Dans son sac de coton
Le brouillard a tout pris
Autour de ma maison. »

Jules Laforgue, dans « Méditations grisâtre » dépeint une tempête, et le mot « brouillard » évoque la violence, la mort :

« Partout le grand ciel gris, le brouillard et la mer,
Rien que l’affolement des vents balayant l’air. »

 

A vous de jouer !

    • Exercice 1

Alors voici mon premier exercice. Je vais vous donner trois mots, et je vous invite à écrire un petit (ou un grand, c’est vous qui voyez :-D) texte avec un angle de vue feel-good. Ce sont des mots à connotation plutôt « négative », qu’il va falloir utiliser dans un texte qui procure une émotion joyeuse, paisible, d’espoir. Vous avez entièrement le choix sur la forme du texte : une description, un poème, une lettre, un conte, ou un bout de texte que vous ne saurez pas qualifier 🙂

Voici les trois mots : SANG – BOUE – PERDRE (que vous pouvez conjuguer à votre guise)

    • Exercice 2

Reprenons le concept de « wasi-sabi ». Le mot « sabi », en japonais, fait référence au temps qui passe. Le temps qui file est pour beaucoup, dans nos sociétés occidentales, une grande source d’angoisse. Et puisque nous sommes à un atelier d’écriture feel-good, nous allons écrire sur la beauté du temps qui passe.

Pour vous aider, voici une liste de mots ou expressions qui me sont venu(e)s en pensant au temps. Choisissez ce qui vous donne le plus envie pour l’associer au mot « temps ». Vous pouvez aussi ne pas en tenir compte.

MÉLODIE – VENT – ÉCLOSION – BERCER – COURANT – DANSER – TOURBILLON – SAISONS – SAVOURER – OUBLI – CE QUI RESTE.

 

Anne-Estelle se prête au jeu

J’espère que ces exercices vous ont plu. N’hésitez pas à les refaire pour vous amuser, ou simplement pour vous entraîner à voir les choses avec des lunettes feel-good. Avant de vous laisser, voici l’un de mes écrits. Je me suis prêtée au jeu, j’ai fait les deux exercices en un 😉

Le sang a séché sur mes genoux,
Le temps a lavé la boue sur mes joues,
J’ai perdu ma rage en cours de route,
Je suis debout, le souffle court,
Échevelée, égratignée,
Mais une fleur a poussé
Au creux de mon ventre.
Et je veux te la donner.
Il faut que je rentre.

 

Notes : crédit image Stéphane Dal Pont, utilisé avec autorisation. Voir son oeuvre sur zazzle.fr

 

Cet article vous a plu ?

Si cet article vous a plu et que vous pensez qu’il pourrait être utile à d’autres, vous pouvez le partager sur les réseaux sociaux, en parler avec vos proches, et vous inscrire à ma newsletter pour recevoir mes prochains articles de blog. A bientôt !

Ketsia Bonnaz

Ketsia Bonnaz

Coach, Formatrice, Consultante

 « Développer les potentiels » est ma passion… et mon ambition.

J’aime être catalyseur de développement, qui permet de passer de l’idée à la réalité.

Je vous accompagne à déterminer où vous êtes, où vous désirez aller, et passer de l’aspiration à l’action. Le coaching, la formation et la consultance me permettent de puiser dans des méthodologies et des outils variés afin d’aborder chaque situation avec créativité, et vous proposer des solutions adaptées et pertinentes.

 Je suis à votre écoute, en alignement avec mes valeurs d’intégrité, de respect et d’espoir.

Cliquez-ici pour me contacter

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix − trois =