Ikigaï – identifier sa mission de vie

Le titre est un peu ambitieux, j’en conviens. Et pourtant, j’apprécie de plus en plus cet outil issu de la culture japonaise, pour définir sa « raison d’être ». En croisant ce que l’on aime, ce que l’on sait bien faire, ce pourquoi l’on peut être payé et ce dont le monde a besoin, l’Ikigaï donne une vision globale de l’orientation professionnelle – et au-delà. Je vous propose ici la technique que j’utilise avec mes coachés et mes étudiants. Alors sortez une feuille et un crayon, et c’est parti !

Article de Ketsia Bonnaz, publié le 06 mars 2023

L’Ikigaï, késako ?

Issu de la philosophie japonaise, ikigaï signifie « la raison d’être », « mener sa vie au mieux ». Ce concept part du principe que chacun a un rôle à jouer sur terre, et que le découvrir, c’est trouver la satisfaction, un sens à sa vie, quelque chose qui donne envie de se lever le matin.

Trouver son Ikigaï est considéré comme une quête essentielle, qui peut parfois prendre des années. Et pourtant, des bonnes questions ont parfois tellement plus de valeur que des réponses toutes faites ! Cet article s’adresse en premier lieu à tous ceux qui réfléchissent à leur avenir professionnel : étudiants, jeunes actifs en recherche de leur voie, professionnels en réflexion sur une réorientation…

« Choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie » – Confucius

Pris comme un outil de coaching, l’Ikigaï se définit comme une activité professionnelle qui allie ce que je sais faire, ce que j’aime faire, ma mission dans la vie et comment je gagne ma vie.

Ce que je vous propose ici, ce n’est pas un nième article avec des informations et des questions intéressantes. C’est de jouer le jeu en suivant la méthodologie proposée dans cet article :

    • Prenez 1h pour vous poser tranquillement
    • Faites silence ou écoutez une musique douce
    • Sortez un chronomètre (minutez chaque étape selon les consignes)
    • Prenez un papier et un stylo (oui, l’écrire à la main a sa pertinence), si possible une feuille A3 et tracez les 4 cercles ainsi que leurs intersections, selon le modèle ci-contre
    • Suivez chaque étape en vous accordant le temps de la réflexion

Prenez une posture de non-jugement à votre égard, notez tout ce qui vous vient à l’esprit sans censure. Soyez à l’écoute non seulement de votre être intérieur, mais aussi de ce que les autres peuvent dire de vous (on est dans le positif donc pas d’inquiétude), et du divin si vous êtes dans une démarche spirituelle.

 

Les 4 cercles initiaux

Prévoyez un chronomètre de 5min pour chacun des 4 cercles, cherchez à noter un maximum d’idées par rubrique sans les classer, et attendez que les 5 min aient sonnées pour passer au cercle suivant :

1.     Ce que j’aime

Notez au minimum une 20aine de mots.

  • J’identifie mes goûts, mes hobbies et mes centres d’intérêt, des activités que je fais intuitivement, qui ne me demandent pas d’effort
  • Je liste sans réfléchir ce qui m’amuse, m’inspire, me rend heureux, me procure du plaisir, me rend curieux, me stimule
  • En lien avec la sphère professionnelle, je note les activités que j’aime et préfère, les thématiques qui me passionnent, ce que j’ai vraiment aimé faire durant mes expériences

2.     Ce pourquoi je suis doué

Notez au minimum une 20aine de mots.

  • Je liste des choses pour lesquelles je me sens légitime, à l’aise et où j’obtiens naturellement des résultats
  • Si je suis perfectionniste (et donc que je ne me sens jamais assez compétent) ou que je souffre du syndrome de l’imposteur : j’indique les choses pour lesquelles les autres me félicitent ou me remercient régulièrement
  • En lien avec la sphère professionnelle, j’ajoute tout ce qui touche aux compétences techniques, relationnelles, d’analyse, etc. que je reconnais en moi, ou que ma hiérarchie et mes collègues me disent que j’ai

3.     Ce pourquoi je peux être payé

  • Quelles sont toutes les activités pour lesquelles je pourrais être rétribué (vente de bien ou service) ou pourrais mériter un salaire ? Cela peut aller de vendre ses confitures ou bricoler, à des activités très techniques auxquelles vous aimeriez pouvoir prétendre
  • Pour quelles compétences quelqu’un – ou une entreprise – pourrait-il me rémunérer pour répondre à un besoin ?
  • Pour les personnes qui sont en études, formations ou certification : je liste à la fois ce qui est accessible aujourd’hui et ce qui sera accessible à la fin de mon parcours d’apprentissage.
  • Pour les professionnels : quel serait mon « Client idéal », qui aimerais-je servir avec mes compétences et mon temps ?

4.     Ce dont le monde a besoin

On parle ici de tout ce qui touche à vos valeurs, ce qui vous met en mouvement.

  • De quoi le monde a-t-il le plus besoin ? Que manque-t-il au monde pour être un lieu où il fait mieux vivre ?
  • Ce que j’aimerais apporter au monde pour le rendre meilleur, de quelle manière j’aimerais contribuer à la société, aider les autres
  • En lien avec la sphère professionnelle : de quoi le monde professionnel a-t-il besoin, que souhaiterais-je apporter au sein de mon activité professionnelle ?

 

Croiser les cercles

Une fois la liste terminée – et prenez tout le temps dont vous avez besoin – l’étape suivante consiste à chercher les mots et idées en commun lorsque deux cercles se rencontrent. Là encore, je vous suggère d’utiliser un chronomètre de 3 à 5 min pour chacune des 4 intersections.

N’hésitez pas à inscrire plusieurs idées pour chaque catégorie.

La passion professionnelle

La passion c’est ce que je pourrais faire longtemps sans me lasser puisque je l’aime et que je sais bien le faire.

Listez toutes les choses que non seulement vous aimez, mais aussi que vous savez bien faire. N’hésitez pas à identifier de nouveaux mots, des idées en commun, etc.

La mission

Ma mission c’est là où je me sens appelé, où ma contribution a de la valeur, à la croisée de ce que j’aime et ce dont le monde a besoin.

Si vous bloquez, réfléchissez à ces choses pour lesquelles vous êtes prêt à vous battre : celles qui vous mettent en colère, ou pour lesquelles vous donnez gratuitement (du temps, de l’argent, etc.)

La profession

La profession c’est ce que je fais avec talent et que je produis avec une qualité suffisante pour que mes clients soient prêts à payer, puisque je suis compétent et que je peux être rémunéré pour le faire.

Attention : vous n’avez pas besoin d’aimer ces activités ou de leur trouver du sens, juste lister ce que vous pourriez faire avec compétence et que des personnes seraient prêts à vous rémunérer pour cela.

Attention bis : si vous aspirez à quelque chose de nouveau, vous ne savez peut-être pas encore quels sont les métiers concernés mais quelques mots-clés du type « accompagner les personnes âgées » ou « aider les entreprises à sécuriser leurs données » sont déjà très utiles.

La vocation

La vocation est une activité rémunérée qui a du sens pour moi, elle allie ce pour quoi je peux être payé et ce dont le monde a besoin.

Quelles pourraient être les activités qui ont du sens pour moi et qui contribuent au moins de manière significative à la vie matérielle de mon foyer ?

Si vous bloquez, pensez non seulement aux activités rémunératrices qui correspondent directement à vos valeurs (métiers du social, de préservation de l’environnement, etc.) mais élargissez aussi le champ à la manière dont vous aimeriez exercer votre activité professionnelle (avec bienveillance, vérité, etc.) ou le type d’organisation pour laquelle vous souhaiteriez travailler.

 

Arriver à l’Ikigaï

Une fois que vous avez identifié ce que 2 cercles ont en commun, vous pouvez croiser une deuxième fois (3 cercles en commun), puis enfin, arriver à l’Ikigaï, qui regroupe les 4 cercles : une activité qui vous rémunère suffisamment, que vous aimez, pour laquelle vous êtes compétent, et qui correspond à vos valeurs !

Je pense important de rappeler ici que la recherche de l’Ikigaï est un cheminement plus qu’une fin en soi. L’Ikigaï peut se concrétiser sous la forme d’un métier précis, d’un concept ou d’une phrase.

A titre d’exemple, j’ai identifié mon Ikigaï comme étant « Accompagner à développer les potentiels ». Cela vous dit quelque chose ? C’est mon « slogan ». J’ai réalisé que même si mes compétences premières étaient dans l’organisation/ la gestion de projet, ce que je préfère c’est écouter, analyser, et trouver des solutions à des problèmes, mais aussi discerner les potentiels au-delà de la situation réelle. C’est ce que j’aime, et je continue de grandir dans ces compétences. Le monde en a besoin : les individus et les associations que j’accompagne sont souvent bloqués dans leur croissance et leur épanouissement, voire parfois en souffrance – apporter de l’écoute et des solutions pratiques c’est faire grandir l’espoir, dans le respect et l’intégrité qui sont mes principales valeurs de vie. Enfin, au-travers de mon diplôme puis par les certifications et la formation continue, grâce à mes expériences, mon réseau, les opportunités, je peux gagner ma vie en tant que Coach, consultante et formatrice. En avril 2020, après 12 années de vie active et moults métiers, j’ai pu mettre les mots sur ma raison d’être et cela me remplit de satisfaction et de joie.

 

Et ensuite ?

Je suis consciente que cela fait beaucoup. Dans mon prochain article je vous présenterai une réflexion plus générale sur la question de l’orientation professionnelle.

Après avoir effectué cet exercice en individuel, je vous invite à le partager avec une personne de confiance : un œil extérieur est souvent très utile pour voir des liens, percevoir des paradoxes, poser de bonnes questions et offrir des mots qui donnent du sens.

 

Note :

  • Crédit photo : pixabay.com
  • Bibliographie : « Trouver son Ikigaï »,  Christie Vanbremeersch, éditions Broché

Cet article vous a plu ?

Si cet article vous a plu et que vous pensez qu’il pourrait être utile à d’autres, vous pouvez le partager sur les réseaux sociaux, en parler avec vos proches, et vous inscrire à ma newsletter pour recevoir mes prochains articles de blog. A bientôt !

Ketsia Bonnaz

Ketsia Bonnaz

Coach, Formatrice, Consultante

 « Développer les potentiels » est ma passion… et mon ambition.

J’aime être catalyseur de développement, qui permet de passer de l’idée à la réalité.

Je vous accompagne à déterminer où vous êtes, où vous désirez aller, et passer de l’aspiration à l’action. Le coaching, la formation et la consultance me permettent de puiser dans des méthodologies et des outils variés afin d’aborder chaque situation avec créativité, et vous proposer des solutions adaptées et pertinentes.

 Je suis à votre écoute, en alignement avec mes valeurs d’intégrité, de respect et d’espoir.

Cliquez-ici pour me contacter

2 Commentaires

  1. ROBERT Dominique

    Super intéressant ! Mille mercis !

  2. Marie

    Merci Ketsia de partager cet outil avec nous ! Cet article est très intéressant !

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six + 4 =