Sélectionner une page

Une réflexion sur l’identité

Qui suis-je ? Bien des choses influencent la perception de soi : nos rôles sociaux, notre connaissance de soi, nos relations aux autres, qui nous aimerions être… Réfléchissons ensemble sur la notion d’identité :

Rôles et identité

C’est souvent ce que l’on perçoit en premier, ce qui permet de nous replacer rapidement : Que fais-tu dans la vie ? Etes-vous marié.e ? De quelle origine êtes-vous ? Ces questions parlent non seulement de nos rôles et de notre statut dans la société, mais aussi de qui nous sommes, selon que l’on s’y identifie – ou pas.

  • Il y a d’abord le rôle familial, puisque nous entrons dans le monde en tant qu’enfant de ses parents – ou sans parent – parfois accompagnés de frères et sœurs. Puis il y a la famille que nous décidons de construire, ou pas.
  • Il y a le métier exercé, ou désiré : être entrepreneur, caissière, pilote de ligne ou coach… cela parle non seulement de ce que nous faisons, mais aussi de qui nous sommes, en partie.
  • Il y a la nationalité, les origines ethniques et sociales, la couleur de peau, la culture transmise qui sont embrassées, acceptées, ou rejetées. Ce lien d’appartenance culturel nous influence nous dans nos goûts et notre mode de vie, nos relations aux autres et la perception que les autres ont de nous.
  • Et puis il y a toutes ces autres choses que nous sommes, celles pour lesquelles nous ne sommes pour rien (comme l’âge, le sexe), ou celles que nous choisissons en partie (sa foi, ses voyages, ses expériences de vie).

Tout cela nous définit en partie, nous influence. Et pourtant il y a tellement plus.

>> Et vous ? Quels sont les rôles que vous avez – ceux que vous avez choisis et ceux qui viennent avec la vie ? Quels sont les rôles et identités que vous acceptez, ceux que vous rejetez, ceux qui sont source de joie, de colère ou de souffrance ?

Personnalité et identité

Nous sommes aussi tant d’autres choses, plus profondes, plus déterminantes, parfois plus cachées aussi. Je ne parle pas ici des compétences, de ce que nous savons faire (il paraît que chaque être humain possède des centaines de compétences), mais de qui nous sommes, ce qui nous détermine.

Je suis passionnée, je suis pleine de vie. Je suis efficace, organisée. Je suis créative (dans ma tête et de mes mains). Je suis à la fois forte et vulnérable. Je suis un peu abîmée et je suis une battante. Il n’y a pas de « mais » dans mon identité, je peux être à la fois une chose et son contraire.

Souvent, nous nous arrêtons au rôle, où à la perception initiale que nous avons de nous-même, et des autres. Je me souviens de Camille*, que j’ai accompagnée en coaching et que j’avais rencontrée dans la sphère professionnelle : Camille paraissait si sûre d’elle, si brillante, un peu arrogante. Et pourtant, Camille était rongée par le doute, une mauvaise estime d’elle-même et la peur du futur. Camille était à la fois forte, résiliente, entreprenante, et incertaine, fragile.

Dans mon article sur la « Relation avec soi et les autres », je vous propose un voyage vers l’acceptation, en allant chercher le Prince et le Crapaud en vous.

« Embrasser l’entièreté de qui nous sommes, c’est un chemin vers la liberté »

>> Et vous ? Qui êtes-vous dans votre personnalité ? Comment vivez-vous et manifestez-vous la richesse de qui vous êtes à l’intérieur ?

Etre, vouloir être et paraître

J’ai accompagné il y a quelques temps Louis*, un jeune qui considérait que se comporter de la même manière avec tout le monde, en toute circonstance, relevait de l’honnêteté de base. Il s’habillait de manière identique en tout temps (que ce soit à la maison, dans ses études en école de commerce ou pour sortir jouer au foot avec ses amis), et parlait le même langage avec ses potes comme avec sa belle-mère ou ses professeurs. Pour lui, s’adapter aux situations était un mensonge et une trahison de ses valeurs profondes. Et il souffrait du regard que les autres portaient sur lui.

« L’habit ne fait pas le moine » parait-il. Et pourtant… Chez moi je porte un sarouel et un tee-shirt informe. Lorsque je sors travailler, je me maquille et je porte des vêtements plus formels. Au mariage d’une amie je mets une jolie robe et des talons. Que l’on y porte une attention extrême, ou que l’on s’en fiche, notre manière de nous habiller, de parler, les éléments de notre identité que nous exprimons visuellement ou mettons en avant ne seront pas les mêmes selon le contexte.

Il y a nos rôles, notre personnalité, nos compétences. Il y a notre connaissance (ou notre ignorance) de nous-même, il y a l’image que nous voulons donner de nous, et il y a le regard des autres. Il y a qui nous sommes, qui nous aimerions être et qui nous paraissons. Parfois, il y a des inadéquations : des personnes influentes étonnamment accessibles et gentilles, et d’autres qui « pètent plus haut que leur…» (comme dirait ma grand-mère).

>> Et vous ? Savez-vous regarder au-delà des apparences (la vôtre et celle des autres) ?

Nos identités multiples

Revenons à Louis. J’ai tenté de lui montrer qu’il est multiple, que chaque partie de son identité le relie ou le distingue d’autres personnes. Qu’au lieu de se focaliser sur les différences, il avait la capacité de rejoindre l’autre dans ce qu’ils ont de commun, de manière à ouvrir des trésors de partage et d’échange.

Nous sommes multiples.

Chacun de nos traits d’identité nous relie à des milliers, voire des milliards de personnes sur la terre (nous sommes nombreuses à être femmes, ou créatifs). Quelle chance de me trouver des ressemblances et une forme de complicité avec une vielle femme au Bangladesh, ou une adolescente d’un quartier de Grenoble. Quelle richesse de pouvoir prier et chanter le même Dieu avec des fidèles de Madagascar (dans une langue différente) ou dans n’importe quelle ville de France ! Combien de fous rires avec mes neveux et nièces ou avec des enfants dans une rue du Tchad.

Quelle chance de pouvoir exprimer telle ou telle part de notre identité selon les circonstances, en sachant que rien n’est jamais figé : nous évoluons dans le temps, nous nous découvrons, nous changeons. Nous sommes multiples.

Et ce qui est beau, c’est que dans ma multiplicité, la juxtaposition de chacun de mes traits d’identité fait de moi une personne absolument unique.

« En psychologie, l’identité est la conscience que l’on a soi-même, ainsi que par la reconnaissance des autres, de ce que l’on est, de son moi. Elle permet à l’individu de percevoir ce qu’il a d’unique, c’est-à-dire son individualité. »

Je suis multiple. Et je suis unique.

>> Et vous ? Comment accueillez-vous la multiplicité de votre identité ? Comment l’utilisez-vous pour créer des ponts avec les autres, et non des murs ?

 Notes: * Le nom a été changé |Définition de l’identité | Crédit photo : pixabay.com

 

Cet article vous a plu ?

Si cet article vous a plu et que vous pensez qu’il pourrait être utile à d’autres, vous pouvez le partager sur les réseaux sociaux, en parler avec vos proches, et vous inscrire à ma newsletter pour recevoir mes prochains articles de blog. A bientôt !

Ketsia Bonnaz

Ketsia Bonnaz

Coach, Formatrice, Consultante

 « Développer les potentiels » est ma passion… et mon ambition.

J’aime être catalyseur de développement, qui permet de passer de l’idée à la réalité.

Je vous accompagne à déterminer où vous êtes, où vous désirez aller, et passer de l’aspiration à l’action. Le coaching, la formation et la consultance me permettent de puiser dans des méthodologies et des outils variés afin d’aborder chaque situation avec créativité, et vous proposer des solutions adaptées et pertinentes.

 Je suis à votre écoute, en alignement avec mes valeurs d’intégrité, de respect et d’espoir.

Cliquez-ici pour me contacter

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 − 6 =